samedi 1 août 2009

Eh ! Toi là-bas



Oui Oui toi

Qui venait avec ta joyeuse étiquette
Que je mets en rectangle blanc
Parce que j'ai pas coché réservé aux adultes
Sais-tu comme dans mon rien
Résonnait la violence de tes propos ?
De tes attitudes
De tes jeux
De tes lieux où tu répétais tes tares
Te meurtrissant tous demains

Inlassablement

Je n'avais même pas à compter jusque trois
C'était comme d'étranges papillons
Prêts à éteindre toute lumière
A manger toute vie
Si je ne savais pas que cela n'aurait servit à rien
Parce que cela s'est déjà produit
Qu'il ne faut pas le refaire
Je te l'aurais peut-être déjà donnée

"Mon" chat y sourit quand y dort :)
On raconte qu'ils sont tous reliés entre eux
Je ne suis pas aveugle

5 commentaires:

valse a dit…

tu aurais donné ta langue au chat ou bien c'est de ton coeur que tu parles ?

j'espère que c'est pas moi ce "toi-là-bas"... (je doute encore, tu rends compte ????!!!)
merci tout plein pour ton souhait d'anniv.
prend bien soin de toi
et efface mon com un peu grave parano quand tu l'auras lu, d'accord oui ? bisous doux

Matamore typo derviche a dit…

Ne m'en parle pas! Je peux pas mettre des noms partout, alors les pommes en ce moment, c'est with the pelle ! :)))

"Et chaque Un reconnaitra les siennes"

Quand j'efface un truc, moi, j'appelle ça un lapsus :)))

Tendres pensées :)

valse a dit…

bon, ben je ne vais pas te forcer à me lapsusser, quand même !!!
sourires et belle journée

ps : le code c'est kousec, alors tchin-tchin Matamore Derviche

Pixel bleu a dit…

Tu sais que des fois je passais plein de temps à écrire un com, et que, voyant la clé code, je postais même pas :)))

Matamore typo derviche a dit…

Nous avons en chacun de nous des parties plus ou moins grandes, plus ou moins développées, de tout ce qui compose l'humanité. C'est de ne pas se sentir concerné par ces textes qui me semblerait plutôt étrange.